Débuts réussis pour Tafon Nchukwi à l’Ultimate Fighting Championship (UFC), la plus prestigieuse ligue d’arts martiaux mixtes (MMA), ce 19 décembre 2020 à Las Vegas. Le poids mi-lourd camerounais a battu l’Américain Jamie Pickett par décision unanime des juges (30-25, 30-26, 30-26). Le natif Bamenda, repéré par l’UFC lors des Dana White’s Contender Series (un tournoi de détection), reste donc invaincu après cinq combats professionnels. Rfi dresse son portrait

Le 8 septembre 2020, Tafon Nchukwi a réussi l’exploit de faire crier de stupéfaction Dana White, le président de l’Ultimate Fighting Championship (UFC). Le tout-puissant patron de l’UFC en a pourtant vu des KO tonitruants en arts martiaux mixtes (MMA) depuis trente ans. Mais le coup de pied à la tête que le Camerounais a asséné à Al Matavao lors des Dana White’s Contender Series (un tournoi de détection) lui a offert un contrat avec la plus prestigieuse ligue de MMA au monde et a fait le buzz.

« Je ne ressens aucune pression, assurait pourtant l’intéressé avant son premier combat à l’UFC, disputé  ce 19 décembre à Las Vegas face à l’Américain Jamie Pickett. Être là, c’est la raison pour laquelle j’ai travaillé six ans. Je suis super excité à l’idée de montrer ce que je sais faire ».

Ascension éclair

Le voilà pourtant au sein de l’élite du MMA à 26 ans seulement et après quatre petits combats professionnels au total. Une ascension rapide que le Camerounais explique en partie par sa victoire en novembre 2019 face à au prometteur William Knight « Il était déjà dans les radars de l’UFC, glisse-t-il. Lorsque je l’ai battu, j’ai braqué les projecteurs vers moi ».

Il n’empêche, rien ne semblait prédestiner le natif de Bamenda à percer dans cette discipline. « J’ai joué au football américain, au football et à pleins d’autres sports… », se rappelle-t-il. Mais aucun de combat, en revanche. Durant ses études supérieures, Tafon Nchukwi découvre le MMA, dans une salle de sport. Conquis par cette discipline, il lâche l’université pour s’y mettre à fond. Il vit alors de petits boulots, comme chauffeur Uber ou agent de sécurité. « Au début, ma famille n’était pas franchement ravie, raconte le combattant. Mais le temps passant et les victoires s’enchaînant, ils sont devenus de vrais soutiens ».

Arrivé enfant aux États-Unis

Tafon Nchukwi, sa mère et ses frères ont quitté le Cameroun pour les États-Unis alors qu’il avait 10 ans. « La principale raison, comme pour beaucoup de personnes, était d’avoir de meilleures opportunités », explique-t-il.

Si le décalage culturel était important à son arrivée, le fait de parler anglais a, en revanche, été un sérieux atout pour s’adapter parfaitement à l’« American way of life ». Ce qui ne l’empêche pas de garder une attache avec sa terre natale. « Il faut toujours se souvenir d’où on vient, estime-t-il. Je suis né au Cameroun et je serai toujours fier de représenter mes racines ».

Tafon Nchukwi se sent très impliqué au sujet de la grave crise qui secoue les régions Nord-Ouest et Sud-Ouest du Cameroun. Il en appelle, à sa manière, au règlement du conflit dans la zone anglophone du pays. Avant et après ses combats, il arbore la bannière séparatiste de la République virtuelle autoproclamée d’Ambazonie. « J’essaie de jouer un rôle et de mettre en lumière ce qu’il s’y passe, explique-t-il. Je vais continuer à porter ce drapeau en espérant que ça attirera davantage l’attention sur la situation là-bas ».

Mais lorsque les médias le présentent comme le deuxième Camerounais de l’UFC après la superstar Francis Ngannou, Tafon Nchukwi assure que ça ne le « dérange pas du tout ».

Représentant africain

Tafon Nchukwi n’a pas encore eu la chance de rencontrer Francis Ngannou. Il connaît également assez peu les autres Africains de l’UFC, hormis son coéquipier nigérian Sodiq Yusuff. Mais, comme eux, il veut faire briller le MMA africain à l’UFC. « J’espère pouvoir défendre cette cause », conclut-il avant de s’attaquer à une division des poids moyens qui compte également dans ses rangs le champion nigérian Israel Adesanya, le Marocain Abu Azaitar, le Sud-Africain Dricus du Plessis, ainsi que les Congolais Dalcha Lungiambula et Impa Kasanganay.

 






Commentaire

RECEVEZ TOUTE L’ACTUALITÉ SPORTIF

l'Application Mobile 237Lions.com

Telechargez Notre App Mobile 237Lions.com, et restez connecté a l'actualité Sportif



Les autres Sites du reseau

L'afrique dans le Web