Alors que les élections étaient initialement prévues le 10 novembre, l’un des candidats accuse le ministère de tentative d’ingérence dans le processus électoral.

 

Se dirige-t-on vers un conflit entre l’Association Internationale de Boxe (IBA) et le ministère camerounais en charge des sports ? Nous sommes tentés de répondre par l’affirmative. Les deux institutions sont à couteaux tirés.

Tout commence le 23 décembre 2022. Selon nos confrères de Stopblablacam, le président sortant de la fédération camerounaise de boxe, Bertrand Mendouga, également candidat à sa succession, a saisi l’IBA pour soupçon de tentative d’ingérence du ministère de tutelle dans le processus électoral.

« Ce dernier s’oppose notamment à la commission électorale indépendante (CEI) mise sur pied à l’issue de l’assemblée générale (AG) de la fédération en novembre dernier et validée par le Minsep dans son rôle de contrôle de conformité. À l’initiative du bureau sortant, une autre AG a été convoquée et a abouti à la mise en place d’une nouvelle CEI. Conséquence : il existe deux CEI chargées chacune de superviser la mise en œuvre des procédures électorales au sein de la Fécaboxe,»  rapporte le site d’information.

C’est ainsi qu’IBA a décidé de nommer un observateur indépendant pour ces élections. Dans un courrier adressé le 13 janvier au ministre des Sports et de l’Education physique, Narcisse Mouelle Kombi, le Secrétaire général de l’IBAGeorge Yerolimpos, explique que cette démarche vise à garantir la transparence du scrutin afin qu’il puisse avoir lieu par une association au règlement international de boxe, les statuts de la Fécaboxe ainsi que les principes démocratiques généralement reconnus sans aucune ingérence de tiers.

Mais au ministère, on rejette toute idée d’ingérence. Le président de la commission technique opérationnelle et de suivi au sein du comité de suivi du processus de renouvellement des instances dirigeantes des fédérations sportives nationales, Léon Sango explique,

« Les fédérations organisent leurs élections, la tutelle les suit tout en restant dans son rôle de régulateur. En installant le Comité de suivi, la tutelle a prescrit la droiture, l’impartialité, la neutralité, l’équité. C’est ce que nous essayons de faire. Nous nous assurons que les intérêts de toutes les parties et l’intérêt général sont garantis »

Pour lui, les responsables de cette décision d’IBA sont tout simplement de mauvaise foi, « Les conflits proviennent des acteurs eux-mêmes. L’État actionne en permanence le levier de la conciliation entre les parties. Mais il nous est rappelé à la moindre piste de sortie de crise proposée que nous n’avons pas qualité pour agir et que les fédérations sont autonomes. Nous ne pouvons pas laisser les gens à la dérive en remettant en cause l’autorité de l’État »

 






Commentaire

RECEVEZ TOUTE L’ACTUALITÉ SPORTIF

l'Application Mobile 237Lions.com

Telechargez Notre App Mobile 237Lions.com, et restez connecté a l'actualité Sportif



Les autres Sites du reseau

L'afrique dans le Web