Cela commence à devenir une habitude, une énervante consolation qui se résume en ce refrain des habitués des jeux de hasard.

 

 « Il suffisait de peu…il m’a manqué un chiffre ». A chaque jeu, les mêmes regrets, avec la même mise et les mêmes espoirs, le même refrain et les mêmes lamentations. Et finalement, tu en trouveras qui se consoleront derrière les complexe séculaires d’infériorité en vous balançant « c’est quand même les Pays-Bas ! ». Comme si le fait qu’on soit d’un autre continent qu’africain, est une excuse d’être éternellement dans les regrets. Ils ne se rappelleront même pas que Edouard Mendy n’a rien à envier à leur gardien, que Koulibaly n’a pas grand-chose à envier à Virgil Van Djik. Oups! Ils ont tout à leur envier. La concentration, l’assurance et la ferme conviction en leurs capacités.

Sinon il faudrait que quelqu’un m’explique ce que montrent les statistiques de ce match. Si on vous montre les statistiques avant de vous montrer le score, à défaut de déclarer le Sénégal vainqueur, il vous sera difficile de le voir perdante à ce point: 15 tentatives au but contre 10 pour la Hollande. 4 tirs cadrés contre 3 pour la Hollande. 7 tirs non cadrés contre 4 pour la Hollande. 4 tirs contrés, contre 3 pour la Hollande. Mais le score affiche deux buts à zéro. Et il n’y a qu’une explication. La concentration et les détails de préparation. Vous me direz, ça arrive. Oui mais ça arrive déjà trop.

Comme ce manque de concentration qui a coûté les demi-finales au Cameroun en 90, avec un but de naïveté à 8 minutes de la fin. Comme ce manque de Concentration qui a coûté la demi-finale au Sénégal en 2002 face à la Turquie qu’il avait à portée de main. Comme ce manque de concentration qui a coûté les demi-finales au Ghana en 2010, parce que Asamoah Gyan a déjà le record dans sa tête au lieu de se concentrer sur le tir. Je continue ? En 2018, le Maroc perd son premier match face à l’Iran à la 95 eme minute et il compromet sa qualification.

Je continue ? Le Sénégal bat la Pologne en 2018 d’entrée et dans l’euphorie d’un parcours triomphal déjà dessiné dans la tête de chacun, il malmène le Japon au deuxième match et finit par concéder un naïf match nul qui compromet ses chances.

Après on parlera d’arbitrage, de marginalisation et toutes sortes d’excuses. Mais on oubliera l’essentiel. Se concentrer jusqu’au bout. S’occuper des détails. On doit être capable de faire le deuil de Sadio Mané et passer rapidement à autre chose. On doit être capable à dix minutes de la fin du match, à défaut de gagner face à un autre favori désigné du groupe, de gérer. Nous sommes à une Coupe du monde Messieurs ! CONCENTREZ-VOUS !!!

 

Martin Camus MIMB

#NsangNkong

La Plume de Jésus

 






Commentaire

RECEVEZ TOUTE L’ACTUALITÉ SPORTIF

l'Application Mobile 237Lions.com

Telechargez Notre App Mobile 237Lions.com, et restez connecté a l'actualité Sportif



Les autres Sites du reseau

L'afrique dans le Web