En deux sorties, le Cameroun a enregistré deux défaites ne marquant aucun but. Pire encore, l’équipe coachée par Rigobert Song n’a jamais affiché un visage serein à quelques semaines du Mondial 2022.

 

Rigobert Song, le coach qui n’a jamais rien gagné dans sa carrière d’entraîneur. Pourtant, une lueur d’espoir est apparue en mars dernier lorsqu’il a réussi in extremis à qualifier le Cameroun pour le mondial 2022. Mais, les vieux démons semblent faire leur retour auprès du défenseur mythique des Lions indomptables. Il totalise aujourd’hui trois défaites en cinq matchs, pire qu’Antonio Conceicao qui n’avait enregistré que deux défaites en une vingtaine de matchs.

Les deux dernières défaites de Rigobert Song avec les Lions ont été orchestrées lors de deux matchs amicaux du Cameroun. Un échec d’abord par 2-0 face à l’Ouzbékistan et la plus récente la défaite contre la Corée du Sud ce 27 septembre 2022. Durant tout ce match, les Lions indomptables n’ont pas pu imposer leur jeu ; subissant les assauts des Tigres d’Asie. Pas très étonnant lorsqu’on sait que le style de Rigobert Song se fait encore désirer.

Au cours de ce match qui aurait pu servir de galop d’essai, l’entraîneur camerounais a opté pour un 4-3-3 avec un réaménagement de l’équipe comparé à celle qui a joué contre l’Ouzbékistan le 23 septembre dernier.

La défense composée de Nicolas Nkoulou, Jean Charles Castelletto, Fai Collins et Nohou Tollo a été tout sauf rassurante. Nkoulou longtemps présenté comme tôlier de la défense est devenu l’ombre de lui-même. Chose pas très étonnante pour un joueur en manque de temps de jeu.

La saison dernière, avec le club de Watford, il n’a pas joué plus de cinq matchs. Et il est loin d’avoir une place de titulaire aujourd’hui avec Aris Salonique FC en Grèce où depuis la reprise du championnat, Nicolas Nkoulou n’a joué qu’un seul match. Cette absence de rythme du joueur qui a fait cinq ans sans jouer en sélection nationale se fait ressentir dans cette sélection. Ce qui a donné du fil à retordre à ses coéquipiers obligés de couvrir ou encore jouer pour deux à cause de sa transparence.

Une transparence qui s’est illustrée par sa couverture manquée à l’ouverture du score où il aurait pu déstabiliser son adversaire après qu’André Onana a mal renvoyé le ballon dans l’axe de sa surface. La mauvaise gestion défensive des Lions a été aussi reproduite au milieu de terrain.

A ce niveau, le manager sélectionneur des Lions a décidé bon an mal an, de jouer avec trois milieux à vocation défensive que sont Gael Ondoua, Martin Hongla et Oum Gouet qui en 90 minutes a tout simplement été inexistant. Pas étonnant pour un footballeur qui ne joue plus en club tant il brille par des déchets techniques et un jeu tourné vers l’arrière.

Seule l’entrée d‘Olivier Ntcham après une blessure de Gaël Ondoua a apporté plus d’automatisme au jeu camerounais et avec une assez bonne fluidité du ballon. Dommage qu’Aboubakar Vincent ou encore Moumi Ngamaleu n’aient pas suivi le ton donné par Bryan Mbeumo.

L’attaquant de Brentford est celui parmi les trois attaquants alignés par Song qui a brillé par des percussions et des appels de balle bousculant la défense coréenne. Ceci se faisait alors que le meilleur buteur de la dernière Can, Aboubakar Vincent n’apportait comme à son habitude aucune solution à ses coéquipiers que ce soit par la création des espaces ou des replis défensifs. Fidèle à son jeu qui n’a jamais pu attirer les grands clubs européens, il a préféré se stationner dans la surface adverse pour attendre d’être servi tel un renard de surface ; ce qui demande un certain talent pour assurer la finition. Et ce n’est pas le fort du joueur d’Al-Nassr FC.

Pour faire revenir le Cameroun au score, Rigobert Song a décidé en fin de match de faire entrer Léandre Tawamba et Jean Pierre Nsame. Deux attaquants axiaux qui ont pourtant le même profil de jeu.

A se demander comment ils vont réussir à jouer ensemble. Seul Song sait véritablement ce qu’il recherche. Car, s’il y a une chose qui est certaine, c’est que l’équipe du Cameroun est incertaine à l’approche du mondial qatari.

Une situation encore plus inquiétante regardant les choix de l’encadrement technique. Une description de la liste des joueurs convoqués pour ce regroupement des Lions montre que plusieurs qui jouent dans les meilleurs clubs, ceux qui ont plus de temps de jeu en club sont laissés au profit des ceux jouant dans des championnats de seconde zone et d’autres plus proches du banc de touches que des gazons. De quoi craindre pour les ambitions de Samuel Eto’o de voir le Cameroun remporter la Coupe du Monde.

 

 






Commentaire

RECEVEZ TOUTE L’ACTUALITÉ SPORTIF

l'Application Mobile 237Lions.com

Telechargez Notre App Mobile 237Lions.com, et restez connecté a l'actualité Sportif



Les autres Sites du reseau

L'afrique dans le Web